Les progrès de l’Intelligence Artificielle : La vision des réseaux sociaux.

le

L’intelligence artificielle est un domaine de recherche scientifique important dans le monde de la science informatique. Ce domaine de recherche n’est pas récent, les premières recherches sur l’intelligence artificielle datent des années 50, notamment grâce aux travaux de Alan Turing et de son expérience nommée “test de Turing”. Il développe également lors de cette même période un programme de jeu d’échecs.
Ce n’est que relativement récemment (2010) que le public s’intéresse véritablement à l’intelligence artificielle comme un développement majeur dans les technologies. L’apparition (ou le développement) de l’intelligence artificielle dans de nombreux cadres de la vie courante : voitures autonomes (Tesla , Google) , automatisation d’un grand nombre de métiers (notamment les métiers liés à l’industrie à la chaîne) , secteur financier (automatisation d’ordres boursiers, d’avis sur les crédits…), robotisation, téléphones ( Huawei propose avec son nouveau téléphone, le Mate 10 une “véritable intelligence artificielle”), maisons connectées (domotique) , sont sources de nombreux sujets de discutions sur les réseaux sociaux. Entre détracteurs de ces technologies, passifs et optimistes, plusieurs “camps” se sont développés.
Dans cette courte analyse je vais présenter en plusieurs points les visions des individus concernant ce domaine. Pour cela je vais tout d’abord présenter le principe de l’intelligence artificielle et comment cette technologie peut impacter notre vie de tous les jours. Je vais ensuite réaliser une observation que je commenterais de discutions sur ce domaine présentes sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter,…). Enfin, j’analyserais comment d’autres technologies ont été perçues entre leur développement et leur arrivée auprès du public, cette comparaison nous permettra de mettre en lumière des éléments communs ou au contraire des différences. L’Intelligence Artificielle est-elle perçue auprès du public au même titre que d’autres étant déjà bien ancrées dans les différents cadres de vies du public ? Cette analyse nous permettra de mettre en lumière certains éléments de réponse.

I. Un court historique de l’Intelligence Artificielle.

L’intelligence artificielle ou IA est née de façon officielle en 1956, les recherches sur l’IA ont débuté avec Turing durant l’après-guerre. La première conférence sur l’IA à été présentée en 1956 à Darmouth ou plusieurs grandes figures de l’IA , de théoriciens de l’information (Marvin Minsky), des organisations (Allen Newell et de mathématiciens se sont rassemblés pour discuter du futur de l’informatique et de la science informatique¹. Durant cette période, l’informatique était à ses balbutiements, mais de grands progrès sont en cours². Jusque dans les années 70, l’intelligence artificielle est très présente dans l’imaginaire collectif, de nombreuses promesses sont faites, se basant sur cette technologie d’avenir.

Plusieur déceptions seront à venir dans les années qui suivent, dans les jeux vidéo, le cinéma et la vision, la traduction automatique, la robotique. L’IA n’a pas su délivrer ses promesses et devient donc perçue comme une technologie perdue, ne menant à rien de concret dans la vie des individus, elle sera quasiment abandonnée, seuls quelques chercheurs sont encore convaincus de son utilité.

Il faut attendre les années 90 pour que l’intelligence artificielle soit de nouveau proposée comme une technologie intéressante, notamment grâce au développement d’autres principes et technologies. La puissance des ordinateurs augmente, la vitesse de traitement également, de nouvelles  conceptions émergent concernant le “problème de l’intelligence”.

En suivant la même trajectoire que dans les années 70, de nouvelles déceptions font surface dans le monde de l’intelligence artificielle. Les prochains développement se feront à la fin des années 90, en 1997 avec Deep Blue d’IBM.

Deep Blue, en 1997 bat le champion du monde Karsparov, aux échecs. Ce nouveau développement est sans doute le plus important dans l’histoire de l’IA, les médias prennent d’assaut la nouvelle et le public est bluffé par cette prouesse technologique, néanmoins, des questions subsistes concernant le concept même d’intelligence. Comment définir ce qu’est l’intelligence ? Encore aujourd’hui, cette question est centrale dans le développement de la technologie.

Deux mouvements vont naître dans le domaine de l’intelligence artificielle, le symbolisme³ (Newell et Simon) qui à pour principe la manipulations de symboles, en d’autres termes, l’IA serait donc un moyen de résoudre des théorèmes et équations, quelque soit leur difficultée. L’autre mouvement est celui du connectionnisme ( Mcclelland et Rumelhart) a pour principe d’utiliser l’IA pour “modéliser” le cerveau humain à l’aide de réseaux neuronaux complexes, multiples et nombreux. Ces deux mouvements sont depuis en tension quant à la poursuite des avancements sur la technologie.

Aujourd’hui avec l’avènement du big data l’intelligence artificielle, son développement, l’engouement du public, les recherches sur les réseaux neuronaux font que cette technologie, au départ ancienne revient au goût du jour. Qu’elle soit positive ou pessimiste, la vision du public sur cette technologie est importante. Les développement de l’IA sont de nos jours présent dans de nombreux domaines scientifiques, en particulier dans la médecine ( de très nombreuses avancées et développements sont en cours dans ce domaine, comme très clairement montrés dans l’article de Jessica Hall pour extremetech.com⁴), dans la reconnaissance faciale, auditive, dans les objets connectés et dans le développement de logiciels, bots…

Le public est aujourd’hui très vocal en ce qui concerne l’IA, beaucoup de questions sont posées et peu de réponses sont données, nous allons analyser quelques commentaires que nous pouvons trouver sur les réseaux sociaux.

¹ Nicolas Rougier : L’intelligence artificielle, mythes et réalités

² Logic Theorist, programme développé par Newell et Simon, ayant pour but de démontrer des théorèmes.

³ Ron Sun : Artificial Intelligence : Connectionist and symbolist Approaches.

https://www.extremetech.com/extreme/228830-the-next-major-advance-in-medicine-will-be-the-use-of-ai

 

II. La vision du public et des personnalités sur le développement de l’IA.

Comme par le passé, le public vocalise son ressenti concernant le développement de l’IA. Deux “camps” sont très visibles, les optimistes et les pessimistes, il existe quelques individus que l’on peut caractériser de “neutres” mais la majorités des propos sont polarisés autour de ces deux ressentis. Même dans le monde des personnalités de la tech cette polarisation est présente, à l’image de Elon Musk (PDG de Tesla, SpaceX et bien d’autres) et de Mark Zuckerberg (PDG de Facebook) ou leurs différences d’opinions concernant l’intelligence artificielle ont été fortement partagées sur les réseaux sociaux.

Capture d’écran prise le 10/01/2018 d’un tweet de Elon Musk en rapport à sa discussion sur le sujet de l’IA avec Mark Zuckerberg : “J’ai parlé avec Mark à propos de ceci. Sa compréhension du sujet est limitée⁵”

 Ce débat entre Musk, qui est pour une forte régulation de l’Etat sur la question de l’IA⁶ et Zuckerberg, un “optimiste”⁷ à été suivie et commentée très largement sur les réseaux sociaux et sur les médias américains. Elle montre la polarisation forte qui existe au sein de la population, encore plus flagrante ici, cette polarisation est également présente au sein de personnalités importantes dans le domaine des nouvelles technologies et du web. Musk néanmoins à financé et contribue au développement de Deepmind ainsi que de Vicarious qui travaillent tout deux sur l’IA et la machine intelligence, il à déclaré qu’il investissait dans ces entreprises afin de “garder un oeil” sur le développement de l’IA⁸, Zuckerberg de son côté souhaite développer l’IA pour son entreprise, Facebook. D’autres personnalités importantes du domaine de la technologie ont également commenté sur le sujet, notamment Bill Gates qui déclare “qu’il ne faut pas paniquer”⁹, mais il reste néanmoins lucide quand aux problèmes qui peuvent émerger.

En ce qui concerne le public, les divergences d’opinions son du même ordre. Il existe les optimistes, les pessimistes et quelques individus neutres.

 

Capture d’écran d’un tweet concernant le débat entre Musk et Zuckerberg.

Dans le cas de ce tweet, le pessimisme envers l’IA concerne l’automatisation, qui est un futur probable de l’utilisation de la technologie. Un documentaire, nommé “Humans need not apply”  traite du sujet de l’automatisation de la majorité des métiers qui peuvent être remplacés par des robots. Même si c’est une possible utilisation de la technologie de l’IA il faut bien comprendre que robotisation et IA ne sont pas forcément liés, l’IA permet d’améliorer et de rendre la robotisation plus rentable. Néanmoins, c’est un des arguments principaux des “pessimistes” envers l’IA. D’autres arguments contre l’IA relèvent de la peur de la montée de l’IA à des fins de contrôle ou de défense (IA dans un but militaire ou de surveillance de masse). Ces arguments ont notamment été fortement développés dans l’imaginaire collectif en partie à l’aide de films ou l’IA se révèle être la fin de l’humanité, on pourrait l’appeler l’effet Terminator.

Du côté des optimistes, les arguments principaux en faveur de l’IA se centrent autour de la médecine et du fait que si les humains sont remplacés par des robots et de l’intelligence artificielle, ils n’auront plus à travailler pour subvenir à leurs besoin, l’IA et le robots faisant ce travail pour eux. Bien évidemment de nombreux problèmes seront à résoudre avant d’arriver à un scénario de ce type, certains politiques y ont déjà pensé, on pourrait notamment citer Benoît Hamon qui avait pour argument principal de campagne pour la présidentielle de 2017 le revenu universel comme moyen de contrer la perte de pouvoir d’achats du public dans le cas ou l’automatisation et la robotisation seraient développés massivement.

Capture d’écran d’un commentaire Youtube sur la vidéo du documentaire “Humans need not apply”.

Enfin, les individus “neutres” ont en général comme argument que nous sommes encore trop tôts pour définir réellement ce que deviendra l’IA et comment cette technologie sera utilisée. A l’image de Bill Gates, qui souhaite que l’IA se développe tout en “omettant pas les mauvais côtés qui pourraient émerger” ces derniers ont pour points de vue que les deux “camps” on raisons sur certains points (dans le cas du débat Musk vs Zuckerberg) et d’autres pensent qu’ils s’agit de débats stériles car non vérifiables scientifiquement.

Deux captures d’écran tirées du tweet d’Elon Musk, ces deux individus ont des avis “neutres” sur le futur de l’IA , le second émet un avis fort sur le caractère non scientifique du débat.

Le tweet posté par “Eclipse DL4J” utilise le terme de “débat religieux” qui est une façon intéressante de parler du sujet au vu de l’image que Elon Musk et Mark Zuckerberg ont sur les réseaux sociaux et sur Internet en général, Elon Musk en particulier est perçu par beaucoup (sérieusement ou dans une image à but comique) comme un individu ayant pour but de sauver la race humaine (lié à ses domaines de recherche et d’investissements, notamment SpaceX).

Au vu des derniers rebondissements dans le domaine de l’IA, avec la récente prise de parole du CEO de Google, Sundar Pichai (Google CEO Sundar Pichai compares impact of AI to electricity and fire, The Verge, 19 Janvier 2018 ), comparant l’IA à l’électricité et la découverte du feu, le débat sur le futur de l’lA est probablement encore loin d’être fini. Comme nous l’avons vu dans ce court dossier, le public et les personnalités de la tech ont de fortes divergences sur l’IA et ce que cette technologie peut accomplir. L’imaginaire collectif est aujourd’hui composé de trois grand groupes, les pessimistes, les optimistes et les neutres. Les pessimistes, qui ont comme je l’ai décrit précédemment des arguments composés autour des questions liées à l’automatisation, à l’utilisation militaire de l’IA… bénéficient d’un rayonnement important dans la culture populaire (Terminator, Black Mirror*), cet élément permet à de nombreux individus à s’intéresser au sujet et permet donc de créer un débat.

Les optimistes sont quant à eux grandement focalisés sur les aspects médicaux, ainsi que sur l’idée d’un scénario ou l’humain, lorsqu’il aura créé une IA assez puissante n’aura plus besoin d’inventer, son travail sera “accompli” (Singularité technologique). Ce point de vue se rapproche grandement du mouvement du transhumanisme, mouvement idéologique basé sur l’idée que l’humain se doit de s’améliorer à tout prix.

Enfin, les individus neutres sont quant à eux soit sans-avis vis-à-vis de la technologie ou pensent qu’il est encore trop tôt pour prévoir comment la technologie va se développer. Pour certains nous sommes encore trop loin d’avoir une véritable IA pour avoir des réponses. Lorsque l’on cherche une date prévisionnelle concernant la Singularité Technologique, beaucoup de dates sont proposées, pour certains scientifiques nous l’atteindront durant ce siècle, pour d’autres d’ici 2045, pour d’autres la singularité technologique est impossible de l’atteindre durant notre “lifetime”, car nous n’avons pas assez de connaissances sur le cerveau et peu de solutions pour contourner le problème sur la Loi de Moore (en effet, il devient de plus en plus difficile de réduire la taille des transistors, qui est nécessaire pour suivre cette loi, Intel prévoit qu’il sera possible de réduire la taille des transistors jusqu’à 4nm puis qu’il faudra après se tourner vers le Quantum Computing, encore à ses balbutiements), or, la montée en puissance des ordinateurs est le principal moteur au développement de l’IA.

Il est difficile de prévoir comment l’IA va se développer au cours des prochaines années, sommes nous de nouveau au bord d’une nouvelle déception semblable à celles des années 70 et 90 ? Il est encore trop tôt pour le dire, en revanche, tout comme dans ces périodes, le public est très vocal concernant cette technologie, et nous pouvons nous demander si, en regardant l’histoire de l’IA, nous ne serions pas au final bloqués dans un cercle sans fin de promesses et de déceptions.

⁵ Traduction personnelle

⁶  I keep sounding the alarm bell, but until people see robots going down the street killing people, they don’t know how to react, because it seems so ethereal” : Citation de Elon Musk lors d’une présentation devant des gouverneurs américains.

⁷  I have pretty strong opinions on this. I am optimistic. And I think people who are naysayers and try to drum up these doomsday scenarios – I just, I don’t understand it. It’s really negative and in some ways I actually think it is pretty irresponsible.” Citation de Mark Zuckerberg tirée d’un “live feed”. – https://www.cnbc.com/2017/07/24/mark-zuckerberg-elon-musks-doomsday-ai-predictions-are-irresponsible.html

⁸  « […]not from the standpoint of actually trying to make any investment return… I like to just keep an eye on what’s going on with artificial intelligence ». Musk continued, « There have been movies about this, you know, like Terminator – there are some scary outcomes. And we should try to make sure the outcomes are good, not bad. » – Elon Musk interview pour The Guardian, 2014

⁹ This is a case where Elon and I disagree. We shouldn’t panic about it. Nor should we blithely ignore the fact that eventually that problem could emerge.” – Bill Gates pour le Wall Street Journal.

*  Série récente ayant pour objectif la réflexion du spectateur sur un futur possible dans lequel des technologies actuellement en développement sont réelles. Black Mirror is a British science fiction anthology television series created by Charlie Brooker, with Brooker and Annabel Jones serving as the programme showrunners. It examines modern society, particularly with regard to the unanticipated consequences of new technologies. Série Netflix , 2011 – Aujourd’hui.

 

Dossier réalisé par Joris Mostert.

Illustration bannière : Amazon AI Jobs

https://www.amazon.jobs/en-gb/teams/amazonai

 

Références :

Interview de The Guardian et d’Elon Musk concernant l’IA et ses risques :

https://www.theguardian.com/technology/2014/jun/18/elon-musk-deepmind-ai-tesla-motors

 

Interview de Bill Gates et du Wall Street Journal :

https://www.wsj.com/articles/a-rare-joint-interview-with-microsoft-ceo-satya-nadella-and-bill-gates-1506358852

 

Article Wikipédia concernant la série Black Mirror :

https://en.wikipedia.org/wiki/Black_Mirror

 

Article Wikipédia concernant la Singularité Technologique :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Singularit%C3%A9_technologique

 

Article de Jessica Hall pour extremetech.com concernant les avancées futures de la médecine grâce à l’IA :

https://www.extremetech.com/extreme/228830-the-next-major-advance-in-medicine-will-be-the-use-of-ai

 

Article de The Verge concernant Sundar Pichai sur sa comparaison entre l’IA et l’électricité et la découverte du feu :

https://www.theverge.com/2018/1/19/16911354/google-ceo-sundar-pichai-ai-artificial-intelligence-fire-electricity-jobs-cancer

 

Lien vers le documentaire “Humans need not apply” (vivement conseillé) :

https://youtu.be/7Pq-S557XQU

 

Nicolas Rougier : L’intelligence artificielle, mythes et réalités, publié le 15/06/2015  :

https://interstices.info/jcms/p_84122/l-intelligence-artificielle-mythes-et-realites

 

Ron Sun : Artificial Intelligence : Connectionist and Symbolic approaches, University of Missouri-Columbia, USA, 7 novembre 2000 :

http://www.cogsci.rpi.edu/~rsun/sun.encyc01.pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *