La vulgarisation scientifique sur Youtube

Lire le mémoire

La vulgarisation scientifique sur Youtube
La médiation scientifique 2.0.
par Julie VAN AELST

Introduction

Le 6 avril 2009, Cyprien Iov, 20 ans, postait sa première vidéo sur Youtube intitulée « Le McDonald’s ». Installé dans sa chambre, il nous raconte quelques anecdotes humoristiques sur ses expériences dans la célèbre chaîne de fast-food américaine. Huit ans et seulement 99 vidéos plus tard, il est aujourd’hui le premier en France à avoir dépassé la barre symbolique des dix millions d’abonnés à sa chaîne. Ses statistiques n’en finissent plus d’être affolantes avec plus d’1,5 milliard de vues cumulées au total depuis l’ouverture de sa chaîne. A chaque vidéo postée, ce sont en moyenne 7 millions de personnes qui sont au rendez-vous.

En France, les Youtubeurs humoristes ont le vent en poupe, ils ne sont pas moins de 6 dans le Top 10 des chaînes les plus suivies dans l’hexagone. Derrière eux, on retrouve très vite les Youtubeurs gaming (Squeezie, 8 millions d’abonnés) ou encore les Youtubeuses beauté (EnjoyPhoenix, presque 3 millions d’abonnés). Ceci sans compter les chaînes de musique où les artistes cumulent eux aussi des millions de vues.

Youtube semble alors être un site de divertissement où le public vient passer un bon moment, en priorité devant des sketchs ou pour découvrir les nouveaux jeux vidéo à la mode. Toutefois, les Youtubeuses beauté nous rappellent que Youtube est également un excellent support pour l’apprentissage. Tout particulièrement avec leurs tutos beauté. Il devient alors plus facile que jamais à notre époque, et ce pour n’importe qui, d’apprendre à faire parfaitement un smoky eye ou de bien savoir dessiner son trait d’eyeliner.

Toutefois, l’apprentissage ne concerne pas uniquement la beauté. Vous voulez apprendre à cuisiner ? Charles de la chaîne FastGoodCuisine (bientôt 2M d’abonnés) vous apprendra à faire le meilleur tiramisu. Vous êtes passionnés de sport mais ne savez pas quel programme suivre ? Sissy Mua (800 000 abonnés) sera votre coach pour le meilleur et pour le pire. Les Youtubeurs ayant un quelconque savoir à transmettre sont des milliers sur la plateforme. Mais qu’en est-il des savoirs plus conventionnels ? Ont-ils également leur place sur Youtube ou doivent-ils se cantonner à des endroits bien spécifiques comme l’école ? Ce n’est en tout cas pas le cas de la petite centaine de vulgarisateurs qui s’efforce jour après jour de faire de l’ombre aux géants Squeezie, Norman et Cyprien qui dominent le classement des vidéos les plus vues.

Philosophie, Physique, Histoire, Biologie, Arts, aucune leçon n’est épargnée pour répondre à une demande de plus en plus importante du public qui semble vouloir diversifier ses connaissances en sciences dures comme en sciences sociales. Une demande si grandissante, que la première chaîne de vulgarisation scientifique française a (enfin ?) dépassé fin 2016 le million d’abonnés (Dr Nozman, aujourd’hui 1,5M d’abonnés). Un cap que beaucoup pensaient être impossible à atteindre sur des sujets aussi sérieux tels que le spin de l’électron, les bactéries ou des expériences sur des insectes au microscope. Il a tout de même fallu 5 ans à Dr Nozman pour atteindre ce cap, alors que Norman l’a atteint en 1 an et demi. Qu’est-ce qui a déclenché ce soudain intérêt des spectateurs pour des contenus de vulgarisation sur Youtube ?

En lire plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *