La musculation et le fitness à travers les réseaux sociaux : le cas Instagram

Par Ayoub Bourouag et Fazlullah A Sujaudeen

Introduction

Avec l’avènement d’Internet et des réseaux sociaux, on a accès à l’information depuis chez soi de façon instantanée. Le portable a bousculé la vitesse à laquelle l’information circule, cet outil nous permet de rester connecté à longueur de journée, nous accompagne dans nos tâches quotidiennes et surtout nous conseille. C’est pourquoi de plus en plus de coachs sportifs en fitness ou bien en musculation ce sont mis à s’installer sur ses réseaux, donner des conseils, gagner leur vie par ce moyen et enfin aider des millions de personnes sans leur faire dépenser de l’argent.

Aujourd’hui le 4ème Youtubeur en France est Tibo Inshape. C’est un coach sportif qui fait des vidéos d’encouragement, donne des conseils et du courage pour motiver ses abonnés à faire du sport. Il a aujourd’hui plus de 4 millions d’abonnés, de plus en plus de coachs sportifs, comme lui, s’installent sur les réseaux sociaux. Le culte des corps et l’envie d’avoir un corps similaire à Hercules prend ses origines il y a très longtemps dans l’histoire dans les débuts de l’humanité, à l’époque où les hommes ne savaient pas encore dompter la nature et la cultiver.  

Le but de notre enquête est de comprendre :

Comment les coachs en fitness et musculation sont perçus par les pratiquants de sport? Quelle est l’influence réelle des réseaux sociaux dans la pratique de la musculation et du fitness ?

Pour ce faire, nous étudierons en première partie l’histoire de la musculation depuis le début de l’humanité. Nous verrons que cette dernière prend ses racines très loin dans l’histoire et qu’elle a subi de nombreuses modifications de sa perception au sein des différentes communautés. En deuxième partie, nous analyserons les usages des étudiants et salariés suivant les coachs sportifs sur les réseaux sociaux, en s’appuyant sur le cas d’Instagram. Puis, nous expliquerons les avantages et limites pour les usagers qui s’intéressent au sport.

I) Les origines du fitness et de la musculation

a) Les chasseurs cueilleurs

Il y a 8000 ans avant notre ère, l’Homme ne pensait qu’à une seule chose : courir pour sauver leur vie ainsi que chasser pour survivre.

Le physique des hommes à cette époque ainsi que leur masse musculaire était donc régie par une évolution naturelle qui était surtout causée par les pratiques de la vie. L’homme vivait dans un monde sauvage où les prédateurs étaient omniprésents. Pour survivre, il fallait savoir absolument saisir les opportunités immédiatement et non pas se poser des questions. C’est dans ce contexte que les premiers hommes ont fait du sport, non pas par choix, mais par obligation sans même le savoir afin de survivre.

Ils ont sculpté leur corps afin de pouvoir survivre dans un environnement hostile, pour chasser, et surtout éviter de se faire tuer. Ils ont dû apprendre à courir, sauter, ramper, grimper aux arbres, escalader des montagnes, enjamber, fabriquer, porter des outils plus ou moins lourds et transporter la viande. La musculation et le développement des muscles n’étaient pas programmés, il n’y avait pas de programmes d’entraînement comme aujourd’hui. Leurs muscles étaient plutôt forgés par leur nécessité et leur instinct d’avoir des habiletés et des dispositions motrices assez fortes et adaptées à leur environnement.

L’ère du Néolithique et de l’agriculture commencent aussi à apparaître à partir de cette époque. Elle est considérée comme le début de la civilisation. L’Homme passe de chasseur-cueilleur à agriculteur et ses mouvements changent. Ils commencent à devenir répétitifs et limités par l’agriculture. En effet, il n’y a plus vraiment de raison de faire autant d’effort afin de se nourrir. De plus en plus d’outils apparaissent et changent petit à petit le mode de vie des hommes.

b) Les coachs antiques et le culte du corps

Les premières traces de musculation apparaissent en Chine en l’an 4000 av J.C. C’était un entraînement militaire obligatoire pour pouvoir prouver leur force afin de rentrer dans l’armée, mais c’est aussi un sport populaire du nom de Qiao Quan et du Kang Ding qui consistait à soulever des objets lourds comme un chaudron. Avec l’Antiquité qui commence au IVe millénaire av. J.-C. (3500 av. J.-C., 3000 av. J.-C.), l’invention de l’écriture en Mésopotamie et en Égypte, voit sa fin durant les grandes invasions eurasiennes autour du ve siècle (300 à 600). La musculation va prendre une autre dimension. En effet chez les grecs, les égyptiens et même les indiens, la musculation fera parti de leur culture. Chez les égyptiens par exemple, les athlètes utilisaient des sacs de sables et des rochers afin de s’entraîner. Mais c’est chez les grecs que le sport devient une discipline extrêmement importante. C’était une sorte de culture physique pour améliorer leur force et se rapprocher le plus possible des dieux mythologiques tels que le fameux Hercules. En effet, les grecs voulaient un culte pour les disciplines sportives tels que les jeux olympiques et cette période était sacrée. Tant et si bien que durant celle-ci, les grecs avaient instauré la grève olympique, ce qui signifiait qu’aucune guerre ne pouvait être menée durant les jeux. Les premiers JO datent donc de 776 av. J.-C., ce n’était pas vraiment de la musculation mais de la course ou de la lutte. Mais afin de pouvoir gagner dans ces disciplines, les grecs se servaient de la musculation comme outil de préparation physique. De plus, en dehors des jeux olympiques, le sport faisait parti de la vie quotidienne des citoyens. C’était une affaire religieuse mais aussi un véritable devoir de citoyen. En revanche, les motivations derrière le sport étaient différentes en fonction de chaque cité. À Sparte par exemple, l’efficacité au combat était beaucoup plus importante que l’esthétisme des corps. Le sport était obligatoire et les spartiates étaient obligés d’en faire de 7 à 60 ans. Sparte est d’ailleurs, l’une des seules cités où les femmes devaient aussi pratiquer le sport afin de pouvoir fournir une descendance digne de ce nom. Dans les autres cités lorsque ce n’était pas pour la guerre, la pratique sportive était un moyen d’atteindre la perfection physique ainsi que la perfection intellectuelle qu’ils nommaient “arété”. Dans chaque cité, on pouvait retrouver des infrastructures sportives nommées “gymnasium” où les hommes pouvaient venir s’entraîner. De plus, ils pensaient que le fait de s’entraîner nus était le meilleur moyen de s’améliorer rapidement. Les gymnasium étaient donc remplis d’hommes qui s’enduisent d’huile et qui s’entraînent nus. Les grecs ont donné autant d’importance aux sports que à l’agora ou bien au théâtre. C’est pourquoi des philosophes tels que Dion de Pruses, citent le sport parmis les caractéristiques de la cité grec. Le sport était donc un service public au même titre que la santé ou la justice. Les grecs qui en avaient les moyens ouvraient aussi des petites salles privées ou les enfants âgés de 12 à 16 ans peuvent venir s’entraîner avec une sorte de coachs sportifs antiques appelé “Paidotribes”. Le sport et l’intellectuel était très étroitement liés, ils disaient “Mens sana in corpore sano” ce qui signifie un corps sain dans un esprit sain. C’est pourquoi, on pouvait dans les gymnasium, retrouver des conférences de cours donnés par des professeurs, des philosophes dans tous les domaines possibles et imaginables. Hippocrate qui est père de la médecine moderne, venait souvent dans les gymnasium pour s’entraîner et observer les corps afin de mieux les comprendre, il était même l’un des premiers à prescrire le sport comme remède. À cette époque, il y avait des livres et des traités complets sur le sport et des exercices de musculation comme par exemple Philostratus et son traité “Gymnastikos”.

Avant chaque entraînement, les grecs commençaient toujours par un échauffement accompagné de masseurs appelés “Aleipte”.  Les grecs faisaient du sport avec de la musique souvent sous des airs de flûtes car selon eux, la musique avait des effets bénéfiques lors des entraînements pour le rythme et l’harmonie du corps. Tout comme pour les cours de zumba ou dans la plupart des salles de sport où aujourd’hui, la musique est quasiment indispensable. Chaque sportif avait ses propres exercices en fonction de sa discipline et avait une partie leur correspondant dans le gymnasium. Les sportifs étaient accompagnés par deux professeurs, des sortes de coachs sportifs, le premier est un Paidotribe comme ceux qui s’occupent des enfants. C’est souvent un ancien sportif retraité qui est présent surtout pour les surveiller et les corriger parfois à coup de bâton. Le deuxième coach est plus élevé hiérarchiquement, mieux éduqué qui avait des connaissances en sciences et surtout dans la médecine. Il devait proposer un plan alimentaire précis correspondant aux objectifs de l’athlète, faire son programme d’entraînement et enfin veiller à sa santé. Cet homme était tellement important qu’il pouvait parfois interférer dans la vie privée de ses élèves et prendre des décisions importante à leur place.

Les grecs avaient donc une fascination pour le corps. C’était un élément capital dans la vie d’un citoyen. Les athlètes étaient suivis de très près par  des coachs sportifs qui veillent à leur santé et leur progression gratuitement. Leur monde est au final pas si différent du nôtre aujourd’hui. En effet, dans notre monde où l’Internet et les réseaux sociaux sont installés partout, l’accès au conseil d’un coach sportif ainsi que des idées d’exercice correspondant parfaitement à notre corpulence et nos objectifs sont disponibles instantanément et sans difficultés. De plus en plus de coachs sportifs donnent des conseils sur les réseaux et fournissent à un maximum de personnes,  de l’espoir, du courage et des conseils afin de leur permettre de progresser depuis leur maison gratuitement. Cependant en comparaison des grecs, les outils et les lieux d’entraînement ont changé et évolué. Les exercices sont beaucoup plus nombreux et efficaces. Enfin la sécurité et la connaissance du corps permettent de pouvoir s’entraîner de manière plus sécurisé et bénéfique pour le corps. Aujourd’hui, à la manière des coachs sportifs antiques, les influenceurs sur les réseaux se doivent d’avoir des connaissances sur la nutrition, les muscles et la santé, liés à la musculation en général afin de pouvoir donner des conseils à leur fans et followers.

II) Les pratiques et usages de la musculation

De nos jours, les pratiques de la musculation ont bien changés. Tous les individus en tout genre peuvent pratiquer et prendre goût à cette activité.

a) La musculation de nos jours  

Les besoins de l’Homme ont bien évolués depuis quelques siècles. En effet, la matière première est accessible, les villes s’étendent, l’innovation technologique s’accélère et les individus ne grandissent plus, ou pas, dans des environnements hostiles. Ainsi, le besoin de survie n’ayant plus la même valeur, le physique de la population mondiale diffère en fonction du lieu où nous vivons. En prenant en compte l’environnement social, le climat, les ressources et l’innovation technologique, on sait par exemple qu’une personne qui naît aux États-Unis n’aura pas la même évolution physique qu’une personne naissant en Somalie. Alors, le besoin de pratiquer une activité sportive varie également en fonction des pays.

Aujourd’hui il existe plusieurs raisons de vouloir pratiquer la musculation ou le fitness.
Premièrement, la société actuelle impose des critères et des normes physiques pour correspondre à un idéal. En effet, pour l’homme elle suggère d’avoir des muscles dessinés avec corps massif et pour la femme, d’être mince tout en ayant des formes prononcées.

L’Homme étant sans arrêt à la recherche du “beau”, il utilisera tous les moyens pour s’en rapprocher. Ainsi, les individus cherchent souvent à perdre leur kilos en trop afin de retrouver le corps qu’ils avaient quelques années auparavant. C’est pourquoi, la plupart des inscriptions dans une salle de fitness et musculation se font par des personnes âgées entre 25 et 40 ans. Ces salles permettent un suivi régulier par des coachs sportifs qualifiés, pouvant proposer des entraînement adaptés à tout type de morphologie.

Aussi, différents types de cours collectifs sont proposés afin de répondre aux exigences de chacun. On retrouve alors des cours de Zumba, cardio-training, boxe, vélo elliptique, et bien plus. L’entraînement collectif permet non seulement de travailler sur son physique mais également de créer un lien social important avec les tous les membres d’un même cours.

De plus, d’après une étude menée par des chercheurs de l’UNECOM (University of New England College of Osteopathic Medicine), les cours collectifs permettraient de diminuer le stress de 26%. Cette étude menée sur 69 étudiants en médecine exposés au stress permet de se rendre compte de l’importance du collectif dans une activité sportive et le lien social très important que peut créer une pratique comme le fitness.

Ensuite, le culte du corps sculpté reste tout de même une des raisons principales de ces pratiques. Chez les hommes, le physique musclé sur toutes les parties du corps est grandement influencé par les bodybuilders et la pratique du culturisme qui a explosé dans les années 70. Les personnalités tels que Arnold Schwarzenegger sont des sources d’inspirations, de part leur masse impressionnante et leur muscles retentissants. De plus, la plupart des films d’action entre les années 70 et 90 mettent en avant des hommes musclés en tant qu’acteur principal (Terminator, Rambo, Bloodsport, etc.), ce qui valorise énormément l’appréciation du corps massif.

Chez les femmes, les muscles sculptés ne sont clairement pas une priorité. La plupart pratiquent le fitness et vont avant tout chercher à se tonifier et “galber” certaines parties de leurs corps, notamment les jambes et les fesses. Constamment à la recherche du “Summer body”, le corps de rêve pour l’été et la plage. Les actrices de films et les mannequins de magazines ont leur forte influence sur l’idéal du corps féminin, malheureusement souvent modifiés par des logiciels de retouches.

Enfin, et comme dans tous les sports, beaucoup cherchent également un moyen de pratiquer une activité sportive comme une autre. L’importance d’un corps sculpté devient secondaire, et c’est plutôt l’envie de faire du sport qui devient la principale source de motivation. Se défouler ou libérer les endorphines, c’est une des raisons de pratiquer la musculation et le fitness en salle.

Les effets positifs du sport sur la santé sont pris en compte dans tous les cas, amélioration du système cardio-vasculaire, tonification, diminution du stress et de l’anxiété, stabilité de la pression artérielle, réduction des risques de maladies tels que le cancer, le diabète, lombalgies, etc.

b) L’influence des coachs virtuels

Par définition, le terme coach sportif vient de l’anglais “coach”, qui signifie littéralement entraîneur. Mais le mot coach sportif signifie bien plus, car aujourd’hui un coach est quelqu’un qui accompagne une personne dans son évolution, afin de les aider à atteindre un objectif précis. Il devient accompagnateur et peut également donner des conseils pour un suivi alimentaire, tout comme le ferait une figure parentale.

Cependant, s’offrir les services d’un coach n’est pas dans le budget de chacun. Il est devenu commun de chercher des solutions gratuites, rapides et efficaces. C’est dans cette optique qu’interviennent les réseaux sociaux. Ces derniers sont des outils puissants, permettant de mettre en avant son profil en tant que coach ou simple personne lambda. De plus, avec les réseaux sociaux on peut rester connecté partout où l’on souhaite et à tout moment. Pour les coachs c’est un outil permettant de mettre en avant leurs services.

Prenons le cas d’Instagram, un des réseaux sociaux les plus utilisés du moment, avec plus d’un milliard d’utilisateurs à travers le monde. Il permet de partager des photos et des vidéos instantanément, avec la possibilité de “liker”, de chatter et partager des clichés temporaires sous format de “story”. On peut suivre beaucoup de célébrités et personnalités, et ce, quelque soit le domaine (sport, film, télévision, etc.). Ainsi, c’est un atout non négligeable pour les coachs sportifs, car ils peuvent non seulement mettre en avant leur service de coaching mais aussi de partager leurs expériences afin de créer un lien social avec les utilisateurs, comme avec ceux qui pratiquent le sport collectif.
En prenant en compte l’utilisation massive d’Instagram, les coachs sportif ont trouvé l’outil idéal pour partager leur services et expériences. Les comptes sont suivis par des millions d’utilisateurs et parfois “certifiés” pour prouver l’authenticité de ces derniers.

Mais quelles sont les réelles motivations à suivre ces Instagrameurs ?

Nous avons réalisé un sondage permettant de déterminer les motivations ainsi que la manière d’utiliser Instagram dans la vie quotidienne.

D’après notre questionnaire, 79% des personnes interrogées ont déjà pratiqué de la musculation ou du fitness en salle. On détermine alors que la pratique est assez répandue parmi une population entre 18 et 25 ans. Aussi, 50% d’entre eux en pratiquent depuis plus de 5 ans, on voit alors que c’est une habitude qui s’ancre au quotidien.

Nous avons également demandé quels étaient les Instagrameurs qu’ils suivent, et sans surprise, TiboInShape est le plus populaire, suivi tout près de JujuFitCat et SissyMua, des Instagrameuses/Youtubeuses fitness. Notre public étant à 67% féminin, on constate aussi que le reste du classement est composé de comptes plus orientés fitness.

Ces statistiques nous montrent que les motivations sont plus orientées vers la remise en forme et la tonification plutôt que le culte du physique sculpté. On remarque aussi que les photos et les vidéos sont le format préféré des utilisateurs, suivi des stories qui sont également appréciés de part par leur instantanéité et la possibilité d’un chat direct avec le compte concerné. 77% d’entre eux sont inspirés par les photos et vidéos publiées par leurs instagrameurs préférés car ils souhaiteraient se rapprocher physiquement d’eux mais également socialement. Avoir un mode de vie similaire à leurs idéaux car ils ont une routine particulière et saine pour leur corps et plusieurs programmes qu’ils suivent pour les tenir en forme. Ainsi, ils deviennent leur source d’inspiration mais surtout de motivation car ils se fixent des objectifs et des buts à atteindre suite à leur modèle. C’est pourquoi, ces personnalités font le choix de faire des coachings à distance, des discussions en live, des meet-up etc. De ce fait, cela crée de la proximité entre le personnage et ses abonnées, une réelle communauté de sportifs.

III Les avantages et limites de la pratique des utilisateurs

Comme chaque pratique sur les réseaux sociaux, la musculation et le fitness sur Instagram connaissent des avantages et des limites.

a) Avantages

Tout d’abord, Instagram étant un réseau social, tout se fait en ligne. En effet, la pratique du coaching via les réseaux sociaux permet aux personnes de ne pas se procurer les services d’un coach lorsqu’on n’en possède pas les moyens. Mais c’est aussi un gain de temps puisque le déplacement n’est pas nécessaire car nous avons à disposition toutes les ressources indispensables à la pratique du sport en ligne, notamment via les Instagrameurs. Toute personne peut alors faire du sport à la maison, ou même à la salle. Aussi, il est dorénavant possible d’obtenir de bons conseils utiles et pratiques pour son activité sportive, sans payer le moindre euro de sa poche.

Également, l’un des avantages est de pouvoir retrouver une communauté soudée autour d’une même pratique, musculation ou fitness. Les personnes appartenant à une même communauté peuvent s’entraider et se reconnaissent au sein de celle-ci, partagent tous une expérience différente pour une passion commune. Cet aspect social étant très important, les Instagrameurs l’ont compris et s’appuient sur ce dernier pour en tirer un maximum de bénéfice pour eux et leur communauté. C’est pourquoi, les personnalités du monde du fitness et de la musculation organisent souvent des “meets-up”, des rencontres entre les abonnés afin de se découvrir tous ensemble autour de leur passion. Cela forge le lien de la communauté et permet à la personnalité de maintenir des abonnés fidèles et soudés entre eux.

Les personnalités utilisent également Instagram pour créer de la proximité avec les sportifs. L’outil est exploité entièrement, et certaines fonctionnalités sont populaires auprès des abonnés. Par exemple, on sait que les directs sont utilisés et sont parfois pratiqués pour discuter avec sa communauté. En effet, un direct Instagram fonctionne de la manière suivante : le compte en question se diffuse en direct, filmé depuis son téléphone et peut discuter avec les abonnés. Ils peuvent interagir avec la personne directement en envoyant un message depuis le chat et peuvent également réagir aux directs grâce à des émoticônes. La possibilité d’utiliser ces interactions crée de nouvelles possibilités, et le direct Instagram est souvent utilisé pour faire des FAQ (Foire aux Questions), des sessions de questions-réponses entre l’abonné et l’Instagrameur qu’il suit. Nous obtenons donc une rapidité des recherches et des réponses sur lesquelles l’utilisateur se questionnait.

L’un des points forts d’Instagram est de pouvoir partager ses clichés et voir sa propre évolution. Le partage renforce les liens sociaux avec les utilisateurs, et chacun pourra s’identifier à un autre utilisateur quelconque. Ces derniers deviennent source d’inspiration et de motivation. On voit alors la force du visuel, la photo, qui est le principal atout d’Instagram.

Enfin, les commentaires positifs que peuvent écrire les utilisateurs permettent également de motiver les autres dans leurs pratiques suite à des réflexions, notamment sur leur évolution physique. En revanche, d’autres peuvent en devenir des limites.

b) Limites

En effet, il existe aussi des commentaires négatifs qui peuvent nuire à leur moral et baisser totalement leur motivation car Instagram ne filtre pas les mauvaises critiques. Tout ceci peut également créer un complexe qui n’a pas lieu d’être, à cause des critères exigeants de la société actuelle, qui impose de voir sur le réseau social des corps estimés comme “meilleurs” que le sien. Si chez certains le complexe n’existe pas, on retrouve parfois une forme de compétition entre les utilisateurs dans le but d’être “meilleur” que les autres pratiquants.

De plus, il n’existe pas de réel suivi personnel et individuel. Les coachs ne suivent pas individuellement chaque personne mais plutôt toute une communauté. Certains tentent de dépasser cette limite en créant de nouveaux formats, par exemple les challenges d’évolution où l’on peut voir l’amélioration d’une personne dans un temps donné.

Malgré cela, le suivi n’est pas réel puisque le coach ne fait que suivre les progrès mais ne prescrit pas de suivi alimentaire ou sportif.

Tous les conseils de pratiques sportives ne sont pas adaptées à toutes les morphologies. Effectivement, un Instagrameur ne peut donner des conseils au cas-par-cas, il donne souvent des astuces et suivis généraux mais pas individuels. Par exemple, les entraînements proposés ne sont pas forcément adaptés à tous. Une personne en cas d’obésité morbide ne peut effectuer les mêmes entraînements qu’une personne cherchant à tailler ses muscles, car beaucoup d’éléments doivent être pris en compte tels que le poids et l’intensité des exercices. On ne peut pas ainsi suivre les coachs fitness ou musculation en ayant de réels conseils adaptés à sa propre morphologie.

Enfin, un sujet reste tabou dans le monde de la musculation : celui de l’utilisation de produits dopants. Les utilisateurs voulant ressembler au maximum à leurs Instagrameurs préférés, ils peuvent parfois avoir recours aux produits de dopages sans en connaître les risques et les effets secondaires. Si les personnalités ne font pas assez de prévention à ce sujet, cela peut mener à des dérives non contrôlés des sportifs, parfois même à haut niveau.

Conclusion

La pratique du sport a évolué en fonction de l’époque et des moeurs. En effet, il fut un temps où les hommes privés de l’agriculture étaient obligés de chasser afin de survivre et de manger. Ils pratiquaient du sport sans vraiment le savoir et surtout par nécessité. Après l’arrivé de l’agriculture, les hommes n’ayant plus besoin de chasser, la musculation est devenue un élément culturel, une manière de montrer sa force et d’atteindre le “beau”. Les grecs par exemple, avaient donc une fascination pour le corps. C’était un élément capital dans la vie d’un citoyen. Les athlètes étaient suivis  de très près par des coachs sportifs qui veillent à leur santé et leur progression gratuitement. Plus récemment, la musculation est devenu un sport à part entière avec l’apparition des modèles et des stars de la musculation comme Arnold Schwarzenegger qui deviendra une icône de la musculation pour de nombreuses personnes rêvant d’avoir son corps. L’accès à des salles de sport est relativement facile aujourd’hui mais coûte parfois cher surtout si on ajoute à cela un coach sportif personnel. Avec l’arrivé d’Internet et des réseaux sociaux, l’accès à des conseils et des coachs sportifs virtuels sur ces derniers, tels qu’Instagram ou Youtube permettent à un plus grand nombre de personnes d’avoir accès à des conseils de nutrition, d’exercices et aussi d’encouragement gratuitement. Notre enquête a permis de savoir que 79% des personnes interrogées ont déjà pratiqué de la musculation ou du fitness en salle, et que 77% d’entre eux sont inspirées par les photos et vidéos publiées par leurs instagrameurs préférés car ils souhaiteraient se rapprocher physiquement d’eux mais également socialement. Cela démontre que les réseaux sociaux ont donc permis à des personnalités sportives de se faire une renommée grâce à son corps et ses conseils. Par le biais de ses réseaux, ils fournissent des coachings à distance, des discussions en live, des meet-up etc. De ce fait, cela crée de la proximité entre le personnage et ses abonnées, une réelle communauté de sportifs. Cependant suivre les conseils et les entraînements d’une personnalité sur les réseaux sociaux a ses avantages et ses limites. Les réseaux sociaux permettent un gain de temps liés aux déplacements. Ils permettent aux personnes de ne pas se procurer les services d’un coach lorsqu’on n’en possède pas les moyens, permettent d’avoir accès à des ressources indispensables à la pratique du sport en ligne, notamment via les Instagrameurs. De plus, ils permettent de créer une communauté sportive et une proximité avec leurs followers comme les coachs sportifs grecs avec leur athlètes, grâce à des meet-ups, des FAQ et des direct live. Instagram par exemple, permet aussi de pouvoir commenter les photos, identifier des personnes ou bien même son idole. Mais c’est là où on aperçoit les limites des réseaux sociaux. En effet, les commentaires peuvent très bien être positifs comme négatifs et peuvent parfois blesser et amener l’individu à une dépression. Une autre limite est le fait que les coachs ne suivent pas individuellement chaque personne mais plutôt toute une communauté, ce qui pose un problème car chaque corps est différent. Enfin les followers cherchant à ressembler le plus possible à leur idole, sans coach et suivi réel, peuvent parfois être tentés par les produits dopant pour se rapprocher de leurs rêves quitte à nuire à leur santé.

On peut donc se demander si à l’avenir une technologie sophistiquée prendra le dessus sur les réseaux sociaux et permettra d’avoir des coachs sportifs virtuels aussi efficaces que la réalité depuis chez soi via des outils numériques tels que la VR ou autres.

Sources :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Antiquit%C3%A9
http://sante.lefigaro.fr/mieux-etre/sports-activites-physiques/bienfaits-generaux-lactivite-physique/quels-sont-benefices

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *