Un second souffle pour les artistes et le mécénat 2.0? Un exemple à travers l’une des plateformes web les plus populaires: Patreon.

(Dossier par Hadrien Jared, Mylène Ly et Sarah Sou)

Introduction

Le développement des nouvelles technologies a fait évoluer notre mode de vie de façon significative depuis le XXIème siècle. On ne communique plus comme autrefois, ni ne travaille de la même façon et la transition digitale se fait à vitesse rapide. Des lettres, nous sommes passés aux SMS ; du journal papier ou même télévisé, nous apprenons les news en temps immédiat sur Internet. De même, les artistes indépendants, les associations bénévoles ou même les nouvelles start-ups émergentes ont maintenant la possibilité de faire financer leurs projets naissants par des plateformes de financement participatif. Cette pratique, aussi appelée le crowdfunding, existe depuis longtemps mais, s’est digitalisée avec la venue d’internet et d’une communauté de plus en plus solidaire. La première fois qu’elle fut nommée était en 2006 par Michael Sullivan. Aujourd’hui, elle nourrit une popularité grandissante que l’on peut voir avec la multiplication de site de patronage. On peut compter entre autre Kickstarter, Tippeee, Indiegogo et Patreon, ce dernier étant l’objet d’étude de notre dossier.

Internet permet de créer des liens entre personne sans même avoir à les rencontrer et c’est sur le même principe que repose le fonctionnement de ce type de financement. Après tout, comment peut-on investir dans le talent d’un artiste inconnu ? Comment sait-on que l’on fait un bon choix ? Grâce aux multitudes offres de fonctionnalités sur ces sites de patronages, les fondateurs ont pensé à des alternatives et ainsi, ont facilité les dons et le mécénat au point que le métier de vidéaste ou d’illustrateur est devenu une carrière quasiment stable. En effet, on peut remarquer qu’un créateur populaire et suivi sur Patreon peut atteindre une somme d’environ 35 000$ par mois, soit 28 000€ brut. S’il est toujours possible de fluctuation, tant que l’artiste fournit régulièrement du contenu, ses revenus demeurent les mêmes. Évidemment, un petit pourcentage est taxé par le site mais, Patreon reste une possibilité facile pour les artistes de se faire financer sans craindre les fins de mois difficiles.

Lire l’article en entier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *